Crédit personnel

Les intérêts varient entre 3.9% et 9.95% selon vos préférences. Le coût de votre crédit est affiché en toute transparence.

Comment faire ?

Nous vous guidons à chaque étape.
C’est simple et rapide.

Témoignages

“Accueil chaleureux, rapidité, professionnels à l’écoute, on s’y sent comme à la maison.”

Crédit PME

Un projet à réaliser pour votre entreprise ?

Besoin de liquidités pour développer votre activité ?

Milenia vous soutient à toutes les étapes de votre financement.

Découvrez comment faire ici

Assurance Helvetia Income Protect

Licenciement, incapacité de gain suite à un accident ou une maladie. La vie professionnelle peut être pleine d’imprévus.

Parce que ça n’arrive pas qu’aux autres, Milenia vous propose Helvetia Income Protect pour vous aider à maintenir votre niveau de vie et celui de votre famille en situations difficiles.

Me protéger

Derniers articles

09.08.22

Comment emprunter de l’argent en Suisse ?

Selon le type d’achat, diverses solutions s’offrent à vous. De la démarche simple auprès d’un proche à la signature d’un contrat de crédit, passons en revue les différentes options ainsi que leurs avantages et inconvénients.

 

Un emprunt. Pour qui, pour quoi ?

Comme toujours, la première question à se poser est le degré de nécessité à contracter un prêt. Bien que des normes légales soient en place pour éviter le risque de surendettement et bien que des mesures de vérifications de votre solvabilité existent, le fait de souscrire à un emprunt vous engage financièrement.

Ce n’est donc pas une démarche à prendre à la légère.

 

Ensuite, il est utile de se poser certaines questions :

- Êtes-vous domicilié en Suisse ?

- Disposez-vous de revenus réguliers et suffisants pour assumer le remboursement du capital emprunté et des intérêts ?

- Êtes-vous majeur ?

- Disposez-vous d’un historique financier sain, sans inscription aux poursuites ?

 

Les réponses vous guideront dans vos premiers pas.

Bien entendu, le type d’achat et le montant concerné sont déterminants. Tout en sachant que des facilités de crédits existent comme solutions complémentaires au prêt hypothécaire, les informations suivantes couvriront essentiellement des prêts de quelques milliers de francs à quelques centaines de milliers de francs.

 

Les cartes

La carte de crédit

Certes, l’achat par le biais de votre carte n’est pas forcément associé à un emprunt. Pourtant, il s’agit bel et bien d’un remboursement différé d’un montant mis à disposition. Hormis des frais fixes pour l’utilisation de votre carte de crédit, des taux d’intérêts ne sont pas appliqués.

Par contre, si vous deviez avoir du retard à solder votre carte, des intérêts de retards seraient appliqués.

Il faut compter sur des intérêts de 12%. Soyez donc attentif à votre suivi.

Dernièrement, les montants de dépenses concernés sont limités. Cela risque donc de diminuer votre champ d’action.

La carte du magasin

Si votre besoin concerne de la marchandise disponible dans le commerce de détail, certaines marques vous proposeront un achat par le biais de leur carte.

Attention cependant car les taux d’intérêts peuvent atteindre 12%. Ce n’est pas la solution la plus avantageuse financièrement parlant.

Des options sûres ?

Bien que les cartes de crédits émises par les banques ainsi que par les détaillants connus soient souvent réputées, le processus d’acceptation de distribution de cartes de crédits et de cartes de paiements n’est pas aussi poussé que lors du dépôt d’une demande de crédit. Le risque de défaut de paiement est par conséquent plus élevé. Les conséquences peuvent être lourdes. 

 

L'achat par acompte et le découvert

L’acompte

De plus en plus rare, il est parfois possible d’acheter un bien en avançant un simple acompte totalisant 30% de la valeur d’achat. Le solde est ensuite honoré par des paiements réguliers étalés dans le temps.

Il s’agit d’une solution intéressante tant les frais éventuels sont réduits. Cependant, il vous faut disposer du capital de départ et les intérêts de retards restent un risque à ne pas sous-estimer. Cette pratique, relativement intéressante pour le consommateur, tend à disparaître du circuit commercial.

Le découvert

Comme pour l’acompte, il ne s’agit pas d’un emprunt dans le sens traditionnel du terme. Cela peut toutefois représenter une alternative intéressante selon le taux d’intérêt découvert appliqué.

En cas d’accord de votre banque, celle-ci peut accepter que votre compte bancaire soit à découvert. Cela vous permet de disposer d’un peu de marge de manœuvre au niveau de votre trésorerie.

Bien évidemment, tout comme les plafonds des cartes citées plus haut, les montants concernés sont limités.

 

Et le leasing dans tout ça ?

 

Souvent associé aux véhicules, les frais engendrés sur la durée restent élevés et vous n’êtes pour ainsi dire, jamais pleinement propriétaire de votre bien.

À cela se rajoutent des contraintes imposées par cette forme de financement, contraintes détaillées dans divers articles disponibles sur notre blog.

Il s’agit pour le coup d’une solution limitée dans son application et restrictive par nature.

 

Et les copains ?

C’est possible ! Compte tenu des taux d’intérêts de rémunération qui sont historiquement bas, proposer un taux d’emprunt plus élevé à un proche pourrait l’inciter à vous faire un prêt personnel.

Attention cependant, les bons comptes font les bons amis et risquer une relation pour un remboursement incomplet ou tardif peut vous coûter plus cher que de l’argent.

Aussi, nous ne sommes pas de notaires ; tout accord contractuel se doit d’inclure des conditions valables et légales. À moins d’avoir un oncle fortuné et généreux, c’est donc une solution facile dans l’absolu mais risquée dans la pratique.

 

L'évidence : le crédit privé

Des montants tantôt réduits tantôt élevés, la constitution d’un dossier en béton répondant aux normes légales, des conseils avisés et des taux d’intérêts à partir de 3.90%... le passage par une plateforme de crédit semble être une option pertinente, sécurisée et flexible.

Nul besoin de compléter des formalités fastidieuses, votre conseiller s’en chargeant pour vous. Nul besoin de prévoir des frais fixes, l’étude et le dépôt de votre dossier étant gratuits. Nul besoin d’être dépendant de vos proches ; le réseau de banques partenaires étant vaste.

Opter pour un crédit à la consommation vous offre, au final, une solution complète.

 

Que dois-je prévoir ?

Si vous répondez par oui aux questions posées au début de cet article, il vous suffit de faire une simulation sur une plateforme reconnue telle que Milenia.

Votre conseiller saura ensuite vous poser les bonnes questions et vous proposer la formule la plus adaptée à vos besoins. Le sur mesure est essentiel lorsqu’on parle de financement. Votre prêt personnel le mérite donc également.

Pour ce qui concerne votre dossier, une pièce d’identité, des fiches de salaires, les informations conjugales le cas échéant, vos emprunts éventuels en cours et vos autres sources de revenus et dépenses suffiront.

Est-ce rapide ? Le tout est bouclé en quelques jours et le paiement de votre prêt est effectué directement sur votre compte dans la foulée.

La cerise sur le gâteau ? Contrairement aux formes de financements indiquées plus haut, libre à vous de racheter votre crédit de façon anticipative ou de transférer celui-ci auprès d’un autre organisme. À frais réduits voire sans frais et en toute liberté.

Si votre situation personnelle ne permet pas de répondre positivement de façon franche aux questions posées, il vous suffit de contacter Milenia pour expliquer votre cas plus en détail. Vous serez accueilli comme il se doit et conseillé de façon professionnelle et bienveillante.

L’humain est au centre de nos préoccupations et nos valeurs guident nos actions. Nous nous réjouissons d’échanger avec vous !

 

 

 

Lire la suite
03.08.22

Effectuer un emprunt pour l’achat d’un bien immobilier à l’étranger. Tout un programme !

Souscrire à un prêt hypothécaire en Suisse n’est déjà pas une mince affaire. De quoi faut-il tenir compte lors d’un achat immobilier à l’étranger et est-ce possible de le financer en Suisse ?

 

Commençons chez soi

En Suisse, dès lors que vous disposez d’un capital suffisant, il vous est possible d’acquérir un bien immobilier en souscrivant à un prêt hypothécaire.

Nous précisons possible car cela n’est aucunement garanti tant une série de conditions doit être respectée afin que la banque prêteuse dispose des garanties nécessaires.

Il s’agit souvent de calculs qui tiennent compte de vos revenus, de votre capacité de remboursement, de votre âge, de vos antécédents, de vos dettes et, le cas échéant, de la valorisation de vos fonds de prévoyances.

Le raisonnement en Suisse lié aux diverses stratégies d’acquisitions de biens immobiliers est relativement unique en Europe. La logique inversée de remboursement d’intérêts sur une très longue période par rapport au remboursement du capital comme indispensable pour une partie mais non en totalité, peut surprendre si vous venez de pays tels que l’Allemagne, la France ou la Belgique.

Le parc immobilier étant de haute qualité, la demande surpassant l’offre et les loyers étant très élevés, cette configuration peut faire sens pour le résident suisse. Financièrement, dès lors que les taux d’intérêts restent à des niveaux raisonnables, cela peut même être intéressant.

Pour autant, il faut disposer du capital nécessaire pour lancer les démarches. 20% de la valeur du bien pour être exact et cela, en concordance avec la valorisation effectuée par votre banque. Des solutions existent pour compléter un manque de capital par l’utilisation, sous diverses formes, de votre deuxième et/ou troisième pilier.

La Suisse est aussi relativement résilient aux mouvements des taux directeurs guidés par les Etats-Unis et influençant par ricochet les taux d’intérêts européens. Si ceux-ci augmentent, et c’est le cas depuis plusieurs mois, la Suisse ne sera pas épargnée mais cela pourrait se faire plus en douceur que chez certains de nos voisins.

Pourquoi une augmentation des taux d’intérêts ?

La FED, réserve fédérale américaine, utilise le levier des taux d’intérêts pour provoquer une stabilisation voire une baisse de l’inflation impactant, depuis un certain temps maintenant, le prix de l’alimentaire et de l’énergie. Seul problème, les effets d’une hausse des taux sont décalés dans le temps et il est possible, pendant une certaine période, de souffrir et d’une hausse des prix et d’une baisse des investissements, en même temps.

 

Partons voir ailleurs

Chez nos voisins directs, le remboursement de l’ensemble des intérêts et du capital est limité dans le temps. La moyenne se situe entre 20 et 30 ans. Vous êtes donc, en principe, pleinement propriétaire de votre bien avant l’âge de la retraite.

Bien entendu, le prix de l’immobilier, hormis dans certaines grosses métropoles, est inférieur à celui appliqué en Suisse. Les banques n’exigent pas forcément un capital de départ et selon les cas, financent tout le montant de l’acquisition voire même les frais de notaires.

À la différence de la Suisse, les remboursements mensuels peuvent surpassés ce que vous payeriez en loyer. C’est moins fréquent chez nous.

D’accord, mais puis-je financer mon projet d’achat pour une seconde résidence depuis la Suisse ?

La réponse est non, mais…

Non car la vaste majorité des banques s’y refuse. Le risque est trop important car en cas de défaut de paiement, il est plus compliqué de saisir votre bien à l’étranger.

Mais des exceptions sont possibles pour des biens situés dans les zones frontalières. Une banque française basée en Suisse est cependant active sur ce segment et propose dès à présent des solutions de financement pour votre achat de résidence secondaire, en France. La solution est une forme un peu hybride basée tant sur un apport obligatoire que sur un remboursement limité dans le temps.

 

L'aide-mémoire

Disons que les étoiles sont alignées et que vous trouvez une solution de financement pour votre achat de résidence secondaire. Voici un aide-mémoire vous permettant d’anticiper des mauvaises surprises :

- Renseignez-vous sur les frais de notaire du pays concerné. Cela peut passer du simple au triple par rapport à la Suisse

- Faites-vous conseiller par un avocat local qui saura vous guider dans les coutumes légales. Dans certains pays, un accord verbal est déjà un engagement contractuel. Vaut mieux prévenir que guérir.

- Faites-vous accompagner par un traducteur si besoin. Pour le coup, maîtriser la finesse du lexique notarial n'est pas superflu.

- Étudiez les implications en matière d’imposition. La double imposition au niveau européen est en principe évitable mais disposer d’une seconde résidence qui génère des revenus locatifs influencera vos taux d’impositions en Suisse.

- Si vous faites construire, attention à bien vous renseigner sur le code de construction local et l’étendue des responsabilités incombant à l’entreprise générale.

- Si vous investissez dans des pays lointains, attention aux règles en application régissant le principe de propriété. Dans certains pays, vous ne serez que propriétaire temporaire des murs sans être propriétaire du sol.

Et le crédit dans tout ça ?

Bonne question ! Il est vrai que le prêt personnel offre l’avantage de ne pas être affecté à un but précis.

Cela vous permet notamment de compenser un manque de capital en utilisant la somme de votre crédit. Bien entendu, ce type de solution doit être mûrement réfléchi et votre capacité de remboursement, respectée.

Tout dépend de vos fonds et de la valeur du bien ainsi que de vos autres obligations financières. Cependant, la démarche serait rapide, ne nécessite aucune préparation administrative lourde et, en passant par une plateforme de financement telle que proposée par Milenia, vous bénéficieriez aussi de conseils avisés et d’un processus d’établissement de votre dossier répondant aux normes de qualité imposées par les autorités financières en Suisse.

 

Je me lance ?

Les rêves existent pour être réalisés. Attention simplement à éviter le cauchemar. En Suisse, les normes légales et bancaires encadrent assez bien vos démarches. Des options existent mais vous n’échapperez pas aux impositions légales et aux bonnes pratiques bancaires qui sont en place pour limiter la prise de risque pour toutes les parties concernées.

Aussi, en Suisse, nous disposons d’une belle réputation en matière de construction et d’urbanisme. Ce n’est pas forcément le cas ailleurs.

Après, la peur ne doit pas diriger vos choix. Des possibilités existent en zones frontalières, via le Crédit Agricole Next Bank pour ce qui concerne la France, par le biais d’une plateforme de financement pour compléter le capital nécessaire… Simplement et comme toujours, prenez soin de bien vous renseigner, de comparer et de jauger du bon moment pour vous lancer. Continuez aussi à garder un œil avisé sur les taux appliqués, taux qui évoluent sans cesse depuis fin de l’année passée.

Vous avez besoin d’un conseil concernant votre prêt personnel ? Prenez contact avec nous ! On se fera un plaisir de vous conseiller en toute bienveillance et en toute transparence.

 

 

 

Lire la suite
27.07.22

Taillez dans vos dépenses et faites des économies. Voici nos conseils !

Considérez vos dépenses sous forme d’un bonzaï, d’une haie ou d’un platane. Au plus belle votre taille, aux mieux votre budget est maîtrisé. Voici quelques astuces.

 

Tout d'abord, quels sont les bons gestes à prévoir avant la taille ?

Le premier geste à accomplir est une analyse du chantier. Quelles sont vos ressources ? Quelles sont vos dépenses ? Quel est le délai ?

Vous pensez peut-être bien connaître l’état de vos dépenses et revenus mais prendre 15 minutes pour lister ceux-ci vous permettra d’avoir un certain degré de clarté sur le chantier à entreprendre.

C’est simple. Colonne de gauche, vos revenus mensuels. Colonne de droite, vos dépenses mensuelles. N’oubliez pas vos frais trimestriels, semestriels ou annuels. Il vous suffit de diviser au douzième pour intégrer le montant dans la colonne correspondante.

Si votre solde est en négatif ou proche de 0, il est temps de se mettre au travail. Selon l’état du résultat final, le délai pour entreprendre les travaux peut être court ou plus long.

Quelques conseils :

Prévoyez un poste ‘frais inattendus’. Estimez-le à 5% de vos revenus mensuels.

Ne sous-estimez pas le poste ‘divers’. Celui-ci reprend souvent les petites dépenses du quotidien, régulièrement oubliées ou minimisées.

Prévoyez une seconde version de votre comparatif ; une version dont vos revenus sont diminués de 20% ou 30% selon votre état civil. Non, nous ne souhaitons pas être un oiseau de mauvaise augure mais la perte d’un emploi est toujours un risque à considérer.

 

Vous êtes proche de l'équilibre. Il est malgré tout temps de tailler votre bonzaï.

Rien de dramatique à prévoir mais autant être prévoyant. Une paire de ciseaux suffira.

Nous sommes dans le domaine des astuces. Voici ce que nous vous proposons :

Faites l’effort de comparer les offres de votre opérateur téléphonique. C’est souvent le même fournisseur qui se charge de votre réseau internet et de votre pack télé. Ce sont souvent de belles promesses lorsque vous signez votre abonnement mais ce marché est hyper concurrentiel et de meilleures offres sont régulièrement disponibles.

En parlant de bouquets télé, vous vous souvenez de cette chaîne commandée en supplément de votre forfait et que vous ne regardez quasi jamais ? Annulez-là. Il n’y a pas de petites économies.

Vous avez une fibre écolo ? Tant mieux ! Baissez d’un degré votre thermostat. Vous ferez du bien à la planète et à votre portefeuille.

Le passage à la déchetterie est votre activité favorite du weekend ? Prenez le temps de regarder ce que vous jetez et demandez-vous si vous ne devriez pas plutôt vendre vos objets usés. Vous serez étonné de l’intérêt témoigné pour une vieille bouilloire, un ancien siège bébé, des jouets qui traînent, des vêtements que vous portiez…

Vous avez la carte Migros ? Utilisez-là. Non ce n’est pas ringard. Oui ça peut vous faire épargner sur vos achats. Il n’y a pas que la Migros bien sûr. Ça marche aussi auprès des autres géants de l’alimentaire.

En parlant d’alimentation. Faites une cure de viande si vous êtes carnivore. Vous verrez l’impact sur le ticket de caisse.

Renseignez-vous sur le coût de votre prévoyance. Faites jouer la concurrence. Il y a parfois de belles surprises !

 

Vous êtes dans le rouge. Rien de trop grave mais quand... Il va falloir tailler la haie, et rapidement.

Les ciseaux ne suffiront pas. On passe à la tronçonneuse !

Un poste important des dépenses est le transport. Votre véhicule est au sommet du podium. La question est de savoir si vous pouvez vous le permettre. Nous n’en sommes pas encore au point d’éliminer votre voiture des calculs mais il serait judicieux de voir si des économies peuvent être réalisées. Une autre cylindrée ? Un véhicule qui consomme moins ? Quelque chose de plus petit ? Troquez votre modèle sport ou SUV pour une petite citadine n’est peut-être pas enthousiasmant mais on arrive rapidement à des centaines de francs d’économies sur votre leasing mensuel.

Les vacances sur une plage paradisiaque en Asie ? Optez pour la plage de Préverenges ou la piscine de Lausanne. L’eau est moins turquoise et le sable moins fin mais vous passerez tout de même de beaux moments en famille.

Vous aimez la gastronomie ? Passez votre chemin devant le dernier restaurant à la mode, regardez Top Chef et faites des essais à la maison. Ce ne sera pas une expérience étoilée mais votre carte Visa vous remerciera ! Tant qu’on y est, faites baisser le plafond de dépense de votre carte de crédit.

Parfois, il faut aussi savoir investir. L’investissement d’un capital pour diminuer des charges mensuelles peut faire sens :

Étudiez la qualité énergétique de votre logement. Si votre bien est peu performant, vous payez certainement des frais de chauffage importants. Pensez remplacement de chaudière, isolation thermique, fenêtres à double ou triple vitrage, l’installation d’une pompe à chaleur…

Vous faites vos impôts seul dans votre coin ? Pensez à faire appel à une fiduciaire ou à un expert-comptable. Passez en revue votre situation financière. Vous aurez probablement à payer pour ce service mais il est intéressant de voir là où vous pouvez optimiser votre déclaration. Frais de transport, garderie, intérêts sur un achat immobilier, formations… tout est bon à considérer.

 

La situtation est critique ? Prenez votre hache !

Dans ce cas, il faut viser les gros postes. Votre loyer, votre véhicule.

Le platane doit être abattu et vous devez envisager les gros moyens. Négociez un départ anticipé avec votre propriétaire, visez un logement moins onéreux. Ce n’est pas forcément agréable mais vous rebondirez plus tard.

Vous avez deux véhicules ? Etudiez la faisabilité d’en avoir qu’un. Vous avez un seul véhicule ? Comparez le coût d’un abonnement de transport avec les frais générés par votre voiture (essence, entretiens, assurance, leasing, prêt bancaire…). Ce n’est évidemment pas un choix facile et vos habitudes devront changer mais c’est souvent un coût important dans les ménages.

Et si on restructurait votre dette ?

Parfois il suffit de bénéficier d’un temps de répit. Une période durant laquelle vous allégez vos mensualités liées à un crédit ou à plusieurs crédits. Selon votre réalité budgétaire et tout en prévoyant d’appliquer les astuces et conseils précités, vous avez le loisir de discuter d’un étalement de votre crédit ou d’un regroupement de vos crédits en un seul.

Dans la plupart des cas, seules quelques charges administratives seront facturées. Dans certains cas, il n’y a même pas lieu de débourser un montant pour ce service.

C’est l’occasion de reformater votre prêt afin que vos remboursements soient plus en adéquation avec votre trésorerie. Dans le cadre du regroupement, cela vous permet de disposer d’un seul interlocuteur, d’une seule mensualité et d’éventuellement être en mesure de rediscuter le taux d’emprunt appliqué.

 

La confiance !

Au final, c’est le mot clé. Confiance en votre capacité de rectifier le tir si besoin. Confiance dans le fait que vous saurez prendre les bonnes décisions pour éviter un cas de surendettement.

Si vous deviez avoir besoin d’un coup de pouce pour négocier avec vos créditeurs, nous saurons vous aiguiller vers un partenaire de choix, notamment la société Solvable, spécialiste de ce type de situation.

Confiance encore si vous préférez revoir vos options de crédit. Milenia dispose d’une plateforme de financement référence dans l’industrie du crédit et son équipe saura vous conseiller et vous épauler dans vos démarches concernant votre crédit.

Que vous soyez bonzaï, haie ou platane, des solutions existent. Lorsqu’il s’agit d’un emprunt et d’un suivi personnalisé, vous pourrez compter sur notre expertise. En toute confiance !

 

 

 

Lire la suite

Quelques informations en plus

Qui sommes-nous ?

Milenia est la référence suisse dans l’octroi de crédits. Nous traitons vos demandes rapidement et en toute simplicité.
Emprunt bancaire, crédit privé, prêt personnel..., nos conseillers répondent à vos questions de façon personnalisée, rapide et claire.
Grâce à ses partenariats avec les plus grandes banques en Suisse, Milenia propose des taux avantageux avec une réponse rapide et transparente à votre demande.
Que vous soyez un particulier avec un besoin de crédit privé ou une entreprise souhaitant obtenir un prêt pour votre PME, notre équipe saura traiter votre dossier de façon personnalisée et adaptée à votre situation.
Votre demande peut s’effectuer en ligne. Facile et rapide.

Notre approche ?

Le financement de vos projets se doit d’être une source d’apaisement. C’est pourquoi nous mettons tout en œuvre pour faciliter l’accès au crédit tout en tenant compte de votre réalité personnelle. Nos équipes disposent des accès aux bases de données telles que la ZEK ou CRIF afin de pouvoir rapidement traiter votre demande et s’assurer que vous puissiez réaliser vos projets en toute confiance et avec les meilleures conditions du marché.

Que ce soit un prêt à la consommation, un besoin urgent nécessitant une réponse en 24h, pour financer un projet immobilier, une voiture ou simplement pour profiter d’une trésorerie suffisante, nous sommes là pour vous aider à réaliser vos ambitions.

Notre conseil crédit ?

Reposez-vous sur des conseillers reconnus pour leur expertise et qui ont pour mission de vous offrir la solution la plus adaptée et la plus avantageuse. En toute transparence et en toute bienveillance.

Toujours dans le même esprit : simplicité, flexibilité, rapidité et confiance !

Exemple de calcul: emprunt de CHF 10'000. Un taux d’intérêt annuel effectif entre 3.9% et 9,95% et une durée de 12 mois engendrent des intérêts totaux entre CHF 318 et CHF 524. Durée: 6-120 mois; Taux d'intérêt annuel maximum (y compris tous les frais du crédit) 9,95%. L'octroi d’un crédit est interdit, s'il entraîne le surendettement du consommateur. (Art. 3 LCD)

Prendre un rendez-vous

Merci de remplir les champs suivant afin que l'on puisse vous contacter pour convenir d'un entretien.
Merci pour votre demande de rendez-vous. Une erreur s'est produite. Veuillez réessayer. Veuillez saisir une réponse Captcha correcte.

 

Nous utilisons des cookies pour améliorer nos services. En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez leur utilisation. Plus d'informations ici